Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Mariée, Maman-Mamie .
Lifestyle
de Quinqua !

Quinca-Labellevie

Mariée, Maman-Mamie . Lifestyle de Quinqua !

Le jour où je suis devenue Grand-mère

com
Le jour où je suis devenue Grand-mère !
Le jour où je suis devenue Grand-mère !

Le jour où je suis devenue Grand-mère !

 

 "Ce jour-là ", je l’attendais avec impatience, depuis 8 mois exactement, date à laquelle ma fille nous avait annoncé sa grossesse et croyez-moi, nous avion fêté cela comme  il se doit.

Et déjà, le terme approche, nous sommes début juin.

J’ai décidé d’arrêter mon métier de Professeur de Danse, j’ai choisi depuis longtemps, et avec soin, celle qui me succédera. C’est donc mon dernier spectacle de fin d’année.

Mon entourage me charrie : «, ta fille va accoucher ce jour-là, tu verras »,

Ce à quoi je rétorque  « elle choisira bien un autre moment ».


Comme c’est un jour plus que mémorable, je me vois dans l’obligation de te planter le décor, c’est important !


-Le 07/06/2015,

-Les Belascains du Grenade-sports sont en finale de Championnat de France, le Village est en ébullition

(Si tu n’habites pas un village, et si tu ne t’intéresses pas au rugby, tu ne peux pas comprendre, mais essaie quand même, tu vas y arriver). Mon mari  est parti très tôt, avec ses copains, en ce dimanche matin, pour ne pas manquer cet évènement.

-C’est, comme je te l’ai expliqué, le jour de mon dernier Spectacle.

Ce que tu ne vois pas, ou que tu n’imagines peut-être pas,  en tant que spectateur, c’est tout ce qu’il se passe avant que tu ne viennes t’assoir confortablement pour admirer les exploits de  ton petit « rat de l’opéra. »

Je ne te fais pas de reproches, loin de là, c’est juste qu’habituellement je ne m’occupe pas de ces tâches. Je suis trop bien entourée par mes amies bénévoles, qui me soulagent de tout le côté « fastidieux » pour me laisser jouer mon rôle de Professeur, Chorégraphe, Répétiteur : Elle n’est pas belle la vie.

 

Mais,il se trouve qu' Emilie n'est autre que l'épouse de l'entraineur des Belascains : elle est partie soutenir son mari, normal.


Nelly, toujours fidèle au poste, arrive de voyage ne pourra être là que vers 15h.


Quant à Catherine, mon amie d’enfance, j'avoue ne plus me rappeler pour quelle raison,elle n’est pas disponible.

 

Je dois donc, charger, la" buvette" pour 500 personnes, de mon sous-sol, au coffre de ma petite voiture.


La veille au soir, j'ai bien pris soin d'appeler ma fille qui me répond, "rien à signaler "


Je commence  à remplir ma voiture, tellement occupée que j’en oublie mon portable.
C'est alors que je vois ma mère arriver en courant, toute affolée, qui m'annonce que ma fille a eu son Bébé et que je ne réponds pas au téléphone.

Aussitôt, j'appelle mon mari, qui connaît déjà la nouvelle, et je pleure ...Oui, il faut le savoir je suis émotive, je pleure, c'est comme ça.


Donc tout le monde est au courant sauf moi et …Je re-pleure,  je ne sais plus quoi faire :

 - partir à la maternité, finir ce que j'ai à faire, je suis perdue.


Celle qui me rassure et me calme, n’est autre que mon adorable fille.

-« Maman, je suis encore en salle d’accouchement et je ne serai pas dans une chambre avant une heure, prends ton temps. On ne va pas sortir aujourd’hui, ah ah !!! »

Ah, ces gosses,adorables mais moqueurs quand même !

Inutile de te dire qu’à partir de là, je passe la seconde,  je me mets en transe, les packs de boissons sont vite empilés dans ma petite voiture.

 Il faut encore les amener à la salle, les mettre dans les frigos.

 Je regarde ma montre, il s'est passé 1h30.

Je veux être la première à voir mon petit-fils, Amour propre, quand tu nous tiens.


Mais ce n'est pas fini, je dois encore acheter le bouquet de fleurs, ainsi que celui de Deborah, ma jeune remplaçante, que l'on nous offrira pour nous remercier, c'est une tradition à la fin d'un spectacle, mais pas vraiment une surprise.

Chez le fleuriste, j'expédie la commande, en deux temps, 3 mouvements, et je paierai plus tard, on se connait, pas de soucis.

.
13h, il fait chaud, vite me faire belle pour mon petit, c’est un garçon, je te l’ai dit ?

 Rouler comme une folle pour enfin, découvrir cette merveille, si mignon, si craquant.

Non, je ne veux plus le quitter, et pourtant il le faut.


15h, je repars, à contrecœur, mais je promets de revenir vite.


17h, début du Spectacle, j’ai honte de l’avouer mais je pense : « "Vivement la Fin ! »


 C'est sans compter sur ma petite Deborah, qui m’a concocté une jolie " SURPRISE"

 Elle a convoqué un maximum d'anciens élèves, tous montent sur scène,

je suis émue devant le nombre de Danseurs venus me rendre hommage..

.Et ça ne s'arrête pas là , juste après , Nelly ,Catherine et Emilie ont prévu un cocktail de départ , sans m’en informer ......à mon grand désespoir , pardon les filles !


Je suis effondrée, j’ai à la  fois  envie de profiter de tout ce monde et je veux revenir voir mon petit, je ne pourrai pas attendre demain, Impensable.


Finalement, je joue franc jeu ,j’explique la situation dans laquelle je me trouve, je les prie de bien vouloir m'excuser. Evidemment qu'ils me comprennent, tu t'en doutes.

Comme je les aime, mais comme je culpabilise.


Me voilà repartie à fond de train à la clinique, il est presque 20h.
Les visites se terminent à 21h.

Je profite de mon petit bout une petite heure.

 C'est peu d’autant plus que je dois le partager avec d'autres visiteurs, Injuste !

Je rentre, avec un sentiment étrange d'avoir eu une journée" mi-figue-mi-raisin", mais si fière de ce beau bébé. Parce qu’il est vraiment beau, je te jure, c’est pas du tout parce que c’est le mien.


Victoire des Belascains ,incroyable , ils sont Champions de FRANCE.


C'est la fête, à y être j'en profite, et rejoins mon Mari, les Champions, les Supporters, le Village quoi !

J'annonce avec fierté, à qui veut l’entendre :"au fait, tu  sais que Je suis grand-mère».

Et on rit, on chante et on danse. Mais je ne suis  pas vraiment dans l’ambiance.

J’ai hâte d’être à demain.

 

"Cut ", comme on dit dans le milieu , ça veut dire , noir , Fin .

Quelle étrange journée que celle d’avoir la sensation de n’être à aucun moment, au bon endroit,

Certes,  elle ne s’est pas déroulée comme je l’imaginais, mais elle est extraordinaire et inoubliable.

Si tout se déroulait comme on le voulait, la vie aurait certainement moins de piquant, tu ne crois pas  ?!

 

S’il te plait, ça me fera plaisir, raconte-moi dans les commentaires, la naissance de tes enfants, petits-enfants, tes impressions, ton ressenti.

 

Belle journée ensoleillée

 

Quinca-Labellevie

 

 

Print
Repost

Commenter cet article

anonyme 03/02/2017 19:08

l'enfant parait et plus rien n'est pareil !